Rocky Stone et Johnny Roche
Les boxeurs Laroche de Biddeford au Maine

Auteur :  Richard LaRoche, membre #359
Traduit de l’anglais par : Georges  Vaillancourt

See English text

André (Rocky Stone) Laroche
Circa 1930

Ervin (Johnny Roche) Laroche
Canadian Army (World War II)

Pour la plupart des canadiens français émigrés aux États-Unis, un des plus grands défis auxquels ils étaient confrontés était l’apprentissage de l’anglais. Parce qu’ils ne savaient pas parler anglais, ils étaient souvent l’objet de moqueries et d’intimidation de la part des américains anglophones. C’était le cas des trois fils ainés de mon arrière grand-père Edwin Laroche : André (9 ans), mon père Alexandre (8 ans) et Ervin (7 ans) à la suite de leur arrivée à Biddeford, Maine, en décembre 1919. Parce qu’ils étaient sujets à de fréquentes railleries et attaques de la part des garçons anglophones du rude quartier White Wharf de Biddeford, un sympathique voisin  entreprit de leurs enseigner la boxe comme moyen  d’autodéfense. Ils apprirent tellement bien cette technique qu’ils gagnèrent rapidement le respect des jeunes durs du quartier de White Wharf.

 Rendus à l’adolescence, ils purent améliorer leur nouveau savoir-faire en s’entrainant régulièrement au  gymnase Pepperell Hall opéré par la « Pepperell Manufacturing Company ». C’était un gymnase situé près de chez eux comprenant une arène de boxe  très bien équipée pour l’entrainement. Deux des garçons, André et Ervin attirèrent l’attention d’un promoteur de boxe local toujours à l’affut de nouveaux talents. Il  les convainquit tous deux  d’entreprendre des carrières de boxeurs professionnels sous des pseudonymes anglicisés. André se fit connaitre sous le nom de « Rocky Stone » et Ervin boxa sous le nom de « Johnny Roche ».

 Pour André et Ervin le timing était parfait, ils étaient dans la bonne place au bon moment. En effet les années 20 et 30 étaient l’âge d’or de la boxe dans Biddeford. Les emplois étaient rares, spécialement pendant la grande dépression et plusieurs des jeunes hommes durent se tourner vers la boxe pour gagner leur vie ou comme supplément à des revenus trop modestes. Plusieurs des jeunes boxeurs de la région étaient des canadiens français, citons par exemple : Dusty Dumont, Kid Lessard et Kid Moreau, qui s’entrainaient tous au Pepperell Hall. Deux jeunes Laroche, Rocky Stone and Johnny Roche, s’ajoutèrent à cette liste.

 Mon oncle Rocky combattait dans la classe des poids moyens (160 lbs). Selon le site www.BoxRec.com, il eut et perdit son premier combat le premier janvier 1925. Quand qu’il eut atteint l’âge de 18 ans, Rocky avait déjà sept combats à son actif, soit 1 victoire, 4 défaites et 2 matchs nuls. En 1929, Rocky avait développé sa forme physique et sa technique suffisamment pour vraiment se démarquer comme boxeur, enregistrant 11 victoires, 2 défaites et 3 matchs nuls. De 1930 à 1933, il parvint au sommet de sa carrière en combattant 78 fois et inscrivant 13 victoires, 4 défaites et 3 matchs nuls en moyenne pour chacune de ces trois années. Sa meilleure année fut 1933 alors qu’il se battit 22 fois, finissant l’année avec une fiche de 15-3-4.

Le 28 juillet 1934, âgé de 24 ans et au sommet de sa carrière de boxeur, il épousa une jeune femme maladive du non d’Yvonne Levasseur. Ne boxant que 10 fois pendant les 14 mois suivant, il semble qu’il avait dû réduire sa cédule de boxe pour s’occuper de sa femme malade.  Yvonne mourut le 10 octobre 1935 à l’âge de 22 ans. En dépit de cette perte tragique, Rocky reprit sa carrière de boxeur seulement un mois après la mort de sa femme, combattant onze fois de plus pendant l’année et demie qui suivit. Il inscrivit son dernier combat à 27 ans, une victoire, le 5 mars 1937.

Selon le site www.BoxRec.com, la carrière de boxeur  professionnel de Rocky s’est échelonnée sur 12 ans et 134 matchs. Sa fiche est de 83 victoires (33 par K.O.), 32 défaites et 19 matchs nuls. À la fin de sa carrière de boxeur, Rocky a travaillé comme électricien, tuyauteur et plus remarquablement comme policier pour la ville de Biddeford. Pendant ses nombreuses années à travailler comme tuyauteur, il a été exposé à l’amiante  et c’est cela qui conduisit à sa mort prématurée par le cancer en 1966 à l’âge de 56 ans.

 Mon oncle Ervin n’eut pas autant de succès que son frère ainé Rocky. Boxant sous le pseudonyme de Johnny Roche, il était dans la catégorie des poids mi-moyens (la classe des 147 livres). Selon www.BoxRec.com, il disputa son premier combat professionnel (une défaite),  le 19 octobre 1931 à l’âge de 19 ans. Pendant les trois années qui suivirent, il participa à 24 combats en affichant une fiche de 5 victoires, 11 défaites et 8 matchs nuls. Ses meilleures années furent 1935 et 1936, alors que ses statistiques furent respectivement, 11-7-2 et 8-7-2.

 Malheureusement, le peu de succès dont profita Johnny au milieu de sa carrière, ne dura pas. De 1937 à 1940, qui furent ses dernières années en boxe, ses victoires furent rares et très espacées. Même si pendant cette période, il ne participa qu’à 22 combats, il fut victimes de nombreuses raclées répétitives.   Ses deux dernières victoires furent espacées par près d’une année et demie, alors qu’entretemps,  il  subissait 13 défaites et 4 matchs nuls. La dernière victoire de Johnny se produisit le 13 janvier 1939, mais elle fut malheureusement suivit par trois défaites consécutives. Il disputa son dernier combat le 30 janvier 1940 à l’âge de 27 ans.

 Le site www.BoxRec.com montre que pendant une carrière de 10 ans, Johnny disputa 85 combats, enregistrant 26 victoires (14 par K.O.), 41 défaites et 18 matchs nuls. Pendant la deuxième guerre mondiale, Johnny est brièvement retourné au Canada pour servir dans l’Armée canadienne. Son service terminé,  il est ensuite revenu aux États-Unis pour s’enrôler dans le corps de l’armée de l’air où il servit jusqu’à la fin de la guerre. Après la guerre, il est retourné pendant une courte période à Biddeford pour ensuite déménager à Saint-Louis, Missouri en 1950 où il travailla comme installateur de tapis pendant 20 ans. À sa retraite en 1970, il retourna à Biddeford pour y demeurer jusqu’à son décès qui survint en 1982, à l’âge de 70 ans.

 Comme c’est le cas pour la plupart des boxeurs, l’historique de santé de Rocky et Johnny est le reflet du succès qu’ils eurent pendant leurs carrières. Rocky qui gagna la plupart de ses combats, fut généralement bien portant physiquement et ne subit pas les effets négatifs que la boxe inflige à la santé de la plupart des boxeurs. Même s’il est mort jeune  (56 ans), la cause de sa mort n’eut rien à voir avec sa carrière de boxeur. Johnny qui perdit beaucoup plus souvent qu’il ne gagna,  subit beaucoup plus de coups que son frère Rocky, même en 49 combats en moins.  Comme conséquence, Johnny fut sujet par la suite à une condition connue sous le nom d’encéphalopathie du boxeur causant des troubles de la parole et de l’équilibre. Ces troubles devinrent de plus en plus évidents à mesure qu’il vieillissait.

 Même si les familles Laroche de Biddeford étaient fières de Rocky et Johnny, nous leurs neveux,  étions encore plus fiers d’eux. Une fois devenu assez vieux pour participer aux sports de l’école, chacun des neveux prit le surnom de Rocky en hommage à l’oncle André.

Sources :

  1.   Histoire orale de la famille et photos de famille.

  2.  Nécrologie d’Yvonne Levasseur Laroche dans le « Biddeford Daily Journal » du 11 octobre

  3. Nécrologie d’André Laroche dans la « Biddeford-Saco Journal » du 15 décembre 1966.

  4.  Nécrologie d’Ervin Laroche dans la « Biddeford-Saco Journal » du 14 septembre 1982.

  5.  Recherches sur le site www.BoxRec.com pour Rocky Stone (André Laroche) et Johnny Roche (Ervin Laroche.

1.      Note : Il y a des erreurs sur le site web  www.BoxRec.com dans le nom de baptême d’André qu’on liste comme étant Robert Stone. De plus, on ne donne pas le nom de baptême d’Ervin. Ces erreurs ont été signalées à BoxRec.com, mais cela n’a donné aucun résultat.

 Retour à la page d'accueil

 

Rocky Stone and Johnny Roche
The Boxing Laroches of Biddeford, Maine

By Richard LaRoche, Member #359

For most French Canadians who immigrated to the United States, one of the biggest challenges they faced was learning the English language.  Because they couldn’t speak English, they were often scorned and bullied by English speaking Americans.  This was the case for my grandfather Edwin Laroche’s thee oldest sons – André (9), my father Alexandre (8), and Ervin (7) – following their arrival in Biddeford, Maine in December 1919.  Subject to frequent taunting and fights with English speaking boys in the tough White Wharf neighborhood of Biddeford, a sympathetic neighbor taught them a self defense skill – boxing.  They learned this new skill so well that they quickly earned the respect of the White Wharf area bullies.  The Laroche boys were not to be bullied any more.

 As the boys reached their teenage years, they were able to improve this new skill through regular workouts on the boxing equipment at Pepperell Hall, a local gymnasium and boxing venue owned and operated by the Pepperell Manufacturing Company.  Two of the boys – André and Ervin – caught the eye of a local boxing promoter who was always on the lookout for new talent.  He convinced both of them to box professionally and to take professional names.  André became known as “Rocky Stone” and Ervin boxed under the name “Johnny Roche”. 

 As far as André and Ervin were concerned, they were in the right place at the right time.  The 1920s and 1930s were the glory days of boxing in Biddeford.  Jobs were scarce, especially during the Great Depression, and some young men turned to boxing to earn a living or supplement their small incomes.  Many of the era’s notable young fighters were French Canadian.  Dusty Dumont, Kid Lessard, and Kid Moreau all trained at Pepperell Hall.  Add to the list two Laroche boys – Rocky Stone and Johnny Roche.

 My uncle Rocky boxed as a middleweight fighter (160 pound weight class).  According to www.BoxRec.com, he fought and lost his first fight on 1 January 1925.  By the age of 18, Rocky had seven fights to his credit – 1 win, 4 losses, and 2 draws.   In 1929, Rocky began to show the winning form that marked his boxing career, recording 11 wins, 2 losses, and 3 draws.  From 1930 to 1933, Rocky’s career peaked as he fought 78 times, averaging 13 wins, 4 losses, and 3 draws a year.  His best year was 1933 when he fought 22 times, ending the year with a record of 15-3-4.

 On 28 July 1934, at the height of his boxing career, 24 year old Rocky married a sickly young woman named Yvonne Lavasseur.  Boxing only 10 times over the next fourteen months, it appears that Rocky reduced his boxing schedule to tend to his sickly wife.  Yvonne died on 10 October 1935 at age 22.  In spite of his tragic loss, Rocky resumed his boxing career a month after Yvonne died and went on to fight 11 more times over the next year and a half.  He fought his last fight (a win) at age 27 on 5 March 1937.  

 According to www.BoxRec.com, Rocky’s professional boxing career spanned 12 years and 134 matches.  His record was 83 wins (33 by knockout), 32 losses, and 19 draws.  After his boxing days, Rocky worked as an electrician, a steamfitter and most notably as a patrolman for the Biddeford Police Department.  During his many years of employment as a steamfitter, he was exposed to asbestos which led to his early death in 1966 from cancer at age 56.  

 My uncle Ervin did not enjoy the same level of success that his older brother Rocky did.  Boxing under the name Johnny Roche, Ervin fought as a welterweight fighter (147 pound weight class).  According to www.BoxRec.com, Johnny’s first professional fight (a loss) occurred on 19 October 1931 at the age of 19.  Over the next three years, he fought 24 times while posting a record of 5 wins, 11 losses, and 8 draws.  Johnny had his best years in 1935 and 1936 when he went 11-7-2 and 8-7-2, respectively. 

 Unfortunately, the modest success Johnny enjoyed in the middle years of his career did not last. From 1937 to 1940, during the last four years he boxed, wins were few and far between.  While Johnny only fought 22 times, he repeatedly suffered physical beatings.  Nearly a year and a half elapsed between his last two wins, while suffering 13 losses and 4 draws in between.  Johnny’s last win (13 January 1939) was followed by three successive losses.  He fought his last fight on 30 January 1940 at age 27. 

 In a career that spanned 10 years, www.BoxRec.com records show that Johnny fought 85 times, recording 26 wins (14 by knockout), 41 losses, and 18 draws.  During World War II, Johnny returned to Canada and served in the Canadian armed forces.  After his discharge, he returned to the United States and enlisted and served in the United States Army Air Corps until the end of the war.  After the war, he returned to Biddeford for a brief period and then moved in 1950 to Saint Louis, Missouri where he worked as a carpet installer for 20 years.  He returned to Biddeford in 1970 where he lived in retirement until his death at age 70 in 1982.

 Like most former boxers, Rocky’s and Johnny’s health histories reflected the level of success they had during their careers.   Rocky, who won most of his fights, fared well physically and did not experience any of the ill effects that many boxers do.  While he died young (age 56), the cause of death was not attributable to boxing.  On the other hand Johnny, who lost more often than he won, sustained more physical beatings than Rocky did even though he fought 49 less matches.  As a result, Johnny suffered a boxing related ailment called punch drunk syndrome – slurred speech and unsteady walk – which become more evident as he aged.

 While the Laroche family of Biddeford was proud of both Rocky and Johnny, Rocky’s success was a matter of special pride with all of the nephews.   Once we all became old enough to participate in high school sports, we each took on the nickname “Rocky” as a tribute to uncle André.   

 ____________

Sources:

1.       Oral family history and family photos

2.       Obituary of Yvonne Lavasseur Laroche, Biddeford Daily Journal, 11 October 1935

3.       Obituary of André Laroche, Biddeford-Saco Journal, 15 December 1966.

4.       Obituary of Ervin Laroche, Biddeford-Saco Journal, 14 September 1982.

5.       www.BoxRec.com searches for Rocky Stone (André Laroche) and Johnny Roche (Ervin Laroche). 
Note:
  The website incorrectly lists Andr
é’s birth name as Robert Stone.   The website does not list a birth name for Ervin.  Attempts to correct the records with BoxReec.com have been unsuccessful.

     

 Back to Welcome Page